CATE UNDERWOOD

La trilogie des « Eaux de l’Âme » invite un artiste à associer son esprit, son souffle créatif (celui qui anime sa ou ses passions), à l’univers des Liquides Imaginaires qui l’incarne en parfum. Pour le premier opus, beauté du diable, Philippe Di Méo présente Cate Underwood, mannequin, photographe et dj.

Définition éclectique d’une artiste aux multiples talents, Cate Underwood partage sa vie entre ses activités de photographe et de mannequin. Elle est aussi blogueuse, it-girl et une jeune maman. Dotée d’une forte personnalité et d’un tempérament dynamique, ce qui est probablement nécessaire pour accomplir seule ce qui nécessiterait normalement toute une équipe, Cate est incroyablement active et travaille constamment à la recherche de nouvelles idées : « Nous avons sans arrêt besoin de plus de lieux, plus de beaux endroits, plus d’inspiration. Je ne peux pas simplement m’arrêter dans une ville, je préfère être partout ».

Née à Kiev, ayant vécu à Londres et actuellement à New York, Cate s’est établie dans l’industrie de la mode après avoir remporté le prix de photographie de la Bazaar Fashion Forward en 2010. Cate a été remarquée à travers une série de Polaroïds autoportraits pris au dépourvu et représentant des moments de la vie quotidienne. À l’âge de 20 ans, après déjà 3 ans de carrière dans la photographie et suite à la naissance de sa fille Eva, Cate a signé un contrat de mannequin à Paris, un geste qui semblait rendre hommage au choix de carrière de sa mère (également mannequin) que Cate indique comme sa référence et son modèle dans la vie. « Quand j’étais enfant, ma mère me prenait beaucoup en photos, j’étais une petite fille de 4 ans qui jouait les top-models des années 90 ».